Source :https://www.maghrebvoices.com/a/473200.html

Tout d’abord, nous adressons nos sincères condoléances aux familles des victimes de l’attentat terroriste du mardi 23 décembre2018, et apportons notre soutien aux blessés. L’attentat qui visitait le bâtiment du ministère des affaires étrangères à Tripoli, a fait 3 morts et 21 blessés.1

 

Nous exprimons notre profonde préoccupation devant la gravité des déclarations de certains organismes officiels suite à cet attentat terroriste, en particulier ceux du ministre de l’Intérieur au sein du gouvernement de réconciliation nationale, qui ont été prononcées lors de la conférence de presse2 du mardi après-midi. En effet le ministre a déclaré que :   « Les terroristes était au nombre de 3 et  qu’ils avaient ‘’la peau africaine’’, pas la peau foncé ni la peau claire ».

Nous considérons que de tels termes venant de la part d’un homme d’État, pour décrire les assaillant, sont des racistes, xénophobes et en violation des obligations qui incombent à l’État Libyen en vertu des chartes et pactes qu’il a ratifiés, notamment le Pacte International3 relatif aux droits civils et politiques et la convention internationale4 sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale, et qui prévoient des dispositions explicites pour lutter contre toutes les formes de discriminations dans le traitement des personnes sur son territoire et sous sa juridiction, sans distinction de race ou de couleur de peau.

Le langage5 utilisé par le ministre de l’Intérieur, en décrivant les terroristes ainsi, crée un amalgame et instaure un climat de suspicion et de mépris envers tous ceux qui ont  « une peau africaine” ; Et c’est très dangereux dans la  société libyenne, multiethnique et culturelle. D’autant plus, durant cette période critique où règnent polarisation politique et nationale, le chaos et la prolifération des armes et des milices.

Alors que nous condamnons les actes terroristes et appelons à une position unie contre l’extrémisme, le terrorisme et l’intolérance sous toutes ses formes, nous appelons le ministre de l’Intérieur du gouvernement de réconciliation nationale à s’excuser de ses propos et à lui rappeler que le terrorisme n’a pas de religion, pas de couleur, pas de race et pas de sexe.

Ce pourquoi, nous exigeons immédiatement et de manière urgente, que tous les organismes officiels et tous les médias cessent, de diffuser un discours de haine et l’incitation à la xénophobie et abroger les mesures arbitraires prises par les autorités à l’encontre des travailleurs migrants en provenance de pays africains.

Tripoli Libye, le 27 décembre 2018

 

Organisations signataires de la pétition :

1 – Aman Organization against discrimination – Murzuq.
2 – BELAADY Organization for Human Rights.
3 – Feker Nair Organization – Tripoli.
4 – Advisory Centre for Human Rights – Tripoli.
5 – Libyan Centre for the Freedom of Press – Tripoli.
6 – Sout Al-Muhajir Organization for Human Rights.
7 – Defenders for Woman Rights Network – Benghazi.

8 – Defenders without chains – Benghazi.
9 –  Tabayano Organization for Human Rights – Nalut.
10 – Libyan Centre for Human Rights and Freedoms – Zawia.
11 – Free Youth Association for Development.
12 – Al Twasol Organization – Obari.
13 – Hope of South Organization for Peace and Sustainable Development – Murzuq.
14 – Youth Gathering for Tawergha Organization – Tawergha.
15 – Defender Centre for Human Rights.
16 – Erban Organization for Civil Orientation – Kufra.
17 – Bedaya Organization for Advocacy and Human Rights – Tripoli.
18 – Rights first Organization for Human Rights – Kufra.
19 – Women Wisdom Association for Woman and Culture – Kufra.
20 – Rebyana Cultural Club – Rebyana.
21 – Al Nassir Organization for Human Rights – Tripoli.
22 – Human Rights Solidarity Organization – Tripoli.
23 – Muhajir Organization for Illegal Migration and Displaced Affairs – Kufra.
24 – Amal Al Ghad Association – Kufra.
25 – Sons of Desert Association for Culture – Murzuq.
26 – Bariqu Association for Children Rights – Tripoli.
27 – Bader Organization for Charity and Development – Tobruk.
28 – Israr Organization for Development – Tripoli.
29 – Nour El Alam Centre – Obari.
30 – Arabian International Organization for Women Rights – Tripoli.
31 – Nessma Alela Centre for societal studies and family – Tripoli.
32 – Lend-hand Association for Charity – Kufra.
33 – Libyan Group to Monitor Human Rights Violations – Tripoli.
34 – Democratic Transition and Human Rights Support Centre ‘DAAM’ – Tunisia.
35 – Mercy Association for Charitable and Humanitarian – Tawergha.
36 – Tibyan Association for Human Rights – Derj.
37 – Independent Organization for Human Rights – Misrata.
38 – Jurists Groups for Migration – Tripoli.
39 – Libyan Association for Democracy and Human Rights – Benghazi.
40 – Takta Youth Organization for voluntary work and humanitarian – Jebel Nafousa.
41 – Matress Youth Organization – Jebel Nafousa.
42 – Amal Women Organization for Rural Development – Derj.
43 – Why Me Association for Women Rights – Benghazi.

Sources :

[1]Article de la chaine Libya Alrhrar TV sur l’attentat paru le 25/12/2018 (en arabe).Lien

[2]Vidéo de la chaine Libya Alahrar TV sur conférence de presse du ministre de l’intérieur tenue 3 heures après l’attentant. Lien

[3]Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme: Pacte international relatif aux droits civils et politiques, article 2-1 et article 26. Lien

[4]Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme: Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale, article 2-1.a) ; article 5.a) et b). Lien

[5]Vidéo de la chaine Libya Alahrar TV (minute 20 :10), en réponse à une question d’un journaliste, le ministre de l’Intérieur a déclaré: « Les enquêtes n’en sont encore qu’au début, et nous ne pouvons faire aucune déclaration très précise …, mais des témoins affirment que ces trois (là) ont une peau africaine, pas une peau sombre ni une peau claire, … « .Conférence de presse des ministres des Affaires étrangères et de l’Intérieur du gouvernement d’Al-Wefaq « , 25 décembre 2018.Lien

SHARE