Cette photo représente la situation après une panne d'eau dans la ville de Derna. L'image montre comment les enfants transportaient l'eau chez eux et ils pensaient que c'était juste un jeu. © photo source : https://www.facebook.com/mean.girle.5

Les organisations soussignées se déclarent préoccupées par l’aggravation de la situation humanitaire dans la ville libyenne de Derna, qui connaît une détérioration de la situation humanitaire et sécuritaire depuis le début de ce mois.

La ville de Derna souffre depuis trois jours de pénurie aiguë des provisions alimentaires, légumes, gaz, eau potable, de pannes d’électricité et de pénurie de médicaments dans tous les services de l’hôpital ainsi que la crise énergétique. Aucun carburant n’entre dans la ville depuis près de 4 ans et les habitants se déplacent vers les villages adjacents pour l’obtenir, et ils sont exposés à différents abus sur la route et aux portes, juste parce qu’ils sont résidents de la ville de Derna.

Cette crise humanitaire est confirmée par les organisations de l’ONU comme le bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA) a déclaré dans un rapport jeudi 31 mai qu’il y a une grave pénurie d’eau, de nourriture et de médicaments, et que l’électricité et l’eau sont complètement coupés d’environ 125 000 résidents de Derna.

Le mercredi 30 mai 2018, l’UNICEF a confirmé que la ville de Derna est sans eau potable et que le conflit dans la ville a provoqué la fermeture de l’usine de dessalement à cause des coupures d’électricité et du manque de carburant.

L’envoyé de l’ONU en Libye, Ghassan Salama, a déclaré lors de son briefing du 21 mai 2018 que la possibilité de fournir une aide et une assistance médicale est très limitée et que des centaines de familles ont été déplacées jusqu’à présent. Il a également lancé un appel à tous les acteurs pour qu’ils fassent preuve de retenue et prennent toutes les précautions nécessaires pour protéger les civils en autorisant l’aide humanitaire sans restrictions.

Dans ces circonstances difficiles, la ville consomme ses approvisionnements, qui ont été épuisés à la fin des dix premiers jours du Ramadan, et dans ces jours, la ville souffre d’une pénurie de toutes les nécessités de la vie.

La situation a été aggravée par les combats en cours dans la ville comme le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a déclaré que les combats dans la ville libyenne de Derna ont atteint des niveaux sans précédent avec des frappes aériennes, des bombardements de zones résidentielles et de violents affrontements sur le terrain.

Il est à noter que le désastre dans la ville a commencé depuis que le commandant militaire, le maréchal Khalifa Hafer, a annoncé le début de l’heure zéro pour libérer la ville le 7 mai 2018 et depuis lors la ville n’a reçu aucun ravitaillement.

À la lumière de cette situation, les organisations signataires expriment leur préoccupation face à l’aggravation de la situation humanitaire, notamment en raison des combats et du manque de stabilité sécuritaire, les organisations appellent à la retenue et à éviter de compliquer la situation pour ne pas se transformer en catastrophe qui ne peut pas être corrigée.

Les organisations signataires soulignent la nécessité pour les parties concernées d’assumer pleinement leur responsabilité vis-à-vis de la ville de Derna, qui a été négligée, notamment en ce qui concerne la gravité de ce qui se passe et son impact sur le processus de transition en Libye.

Les organisations signataires considèrent également que le traitement du statut de la ville testerait réellement la solidité de l’Accord de Paris et la mesure dans laquelle les différentes parties prenantes en Libye se sont engagées à respecter les principes de la démocratie à la lumière de la transition difficile du pays.

Les organisations réitèrent leur soutien indéfini à la transition démocratique en Libye, dont nous espérons qu’il sera mené dans le cadre de la légitimité et du respect du droit international humanitaire.

Les organisations signataires

Organisation Erban pour l’orientation civile

Belaady pour les droits de l’homme

Organisation « Rights First » pour les droits de l’homme

Organisation Nasir pour les droits de l’homme (NRHR)

Le Centre de Soutien à la Transition Démocratique et aux Droits de l’Homme

SHARE